La fatigue physique des sportifs

Vous pratiquez régulièrement un sport d’endurance, mais vos performances ont cessé d’augmenter ? Vous êtes sujet·e à des sauts d’humeur, des troubles du sommeil ou vous vous sentez fatigué·e ? Il se peut que vous soyez en surentrainement !

 

Le surentrainement et la fatigue physique

Un·e sportif·ve a généralement pour objectif d’améliorer ses performances et s’astreint à un entrainement régulier. Pour progresser et développer son potentiel, l’athlète habitue son corps à subir des contraintes physiques, techniques ou mentales de plus en plus exigeantes. Suit un temps de récupération qui permet à l’organisme de non seulement récupérer, mais de dépasser ses capacités initiales. Ce phénomène physiologique est appelé « surcompensation ». Cependant, lorsque les temps de récupérations sont trop courts par rapport aux entrainements, cela peut conduire à une fatigue aiguë qui favorise les chutes, blessures de type tendinites, entorses ou fractures de fatigue.

Qu’est-ce que la fracture de fatigue ?

Les os sont constitués de couches appelées tissus osseux. Ceux-ci se renouvellent à force d’être sollicités grâce à trois types de cellules. Les ostéocytes, les ostéoblastes et les ostéoclastes qui s’occupent à elles trois, de régénérer de nouveaux tissus et de détruire les anciens.
Lorsqu’un sport est pratiqué de manière trop intensive, les tissus osseux ont besoin d’être renouvelés plus rapidement. Les cellules régénératrices n’ont parfois pas le temps de suivre le rythme alors que les autres continuent à éliminer les tissus trop usés. Cela fragilise les os et entraine l’apparition de microfractures très douloureuses qui peuvent mettre des mois à se résorber.

Suggestion Slowcare

Parce que la fatigue physique peut survenir très vite, en particulier si elle est accompagnée de stress, voici quelques recommandations pour s’en préserver :

  • Se reposer ! Un bon cycle d’entrainement alterne entre efforts et repos. Il est indispensable et non négligeable pour pouvoir améliorer ses performances.
  • S’hydrater ! Le renouvellement des fibres passe par une bonne hydratation.
  • Bien manger ! S’approvisionner suffisamment en fibres et en vitamines est indispensable pour donner au corps ce dont il a besoin.
  • S’échauffer ! Mettre les muscles en condition avant de les solliciter permet de les ménager.
  • S’étirer ! S’étirer tranquillement avant l’effort permet d’amplifier la souplesse des muscles, tout en favorisant le relâchement des muscles en contraction. Deux points utiles pour ne pas traumatiser les tissus musculaires.

Pour soulager et lutter contre la fatigue physique, ils·elles ont essayé :

Naturopathie

La bonne récupération physique tient à 95% à la qualité de l’alimentation. Il est important d’alterner avec des vitamines et du fer pour fortifier l’organisme, du calcium nécessaire à la solidité des os, des fibres utiles à la digestion, des sucres lents dans lesquels le corps en effort pourra puiser.

Lorsque le corps est soumis à beaucoup d’efforts, des compléments alimentaires naturels peuvent venir en support.
La spiruline : cette cyanobactérie à la couleur verte est une source incroyable de protéines et d’énergie. Ses propriétés anti-inflammatoires et sa composante en vitamines B, augmentent la force de récupération du muscle de façon remarquable.
Le jus de cassis : Ses effets anti-inflammatoires, antirhumatismaux et diurétiques permettent de limiter les douleurs articulaires et musculaires tout en aidant à éliminer les toxines.
L’huile de poisson : accroit la capacité de récupération et renforce les articulations.
Le ginseng : remède tonifiant et énergisant qui augmente la capacité d’absorption d’oxygène, diminue le rythme cardiaque à l’effort et réduit les courbatures.

Button

Homéopathie

La prise de cinq granules d’arnica et cuprum après le sport favorise la résorption des micro-hématomes et décontracte les fibres musculaires.
L’application d’une huile de massage à l’arnica avant l’effort permet de chauffer le muscle avant de le soumettre à l’effort. Après l’entrainement, le massage à l’huile peut également drainer les toxines et relaxer les muscles.

Button

Hydrothérapie - Thalassothérapie

La thalassothérapie utilise les fonds marins, les eaux, les algues et l’air comme outils curatifs et préventifs contre les inflammations tendineuses ou articulaires. Par ailleurs, l’eau simplement froide s’avère être un remède plutôt efficace pour les sportif·ve·s en phase de récupération.

Button

Acupuncture

L’acupuncture est une thérapie qui permet de prendre soin de soi et de préserver son corps. Elle aide à relâcher les tensions et régule la circulation sanguine, lymphatique et énergétique dans la totalité du corps. Elle favorise également le renouvellement en énergie, contribuer à une bonne récupération et lutte contre l’apparition des signes de fatigue physique.

Button

Ostéopathie

Pratique de manipulation corporelle, l’ostéopathie vise à rétablir de la motricité et de la mobilité déficiente. Ainsi, une mauvaise récupération peut être due au léger déplacement d’une vertèbre ou d’un tissu musculaire ou osseux. L’ostéopathe s’assure du bon fonctionnement moteur corporel et régule la circulation sanguine, lymphatique et énergétique.

Button

Tai-chi

Le tai-chi est recommandé au rythme d’une séance par semaine pour celles et ceux qui ne peuvent pas diminuer les entraînement. Il s’agit d’une forme de gymnastique calme qui vise à mobiliser les articulations et les muscles tout en travaillant l’équilibre corporel et la mobilité. Semblable au yoga, le tai-chi renforce les articulations, améliore l’équilibre et aide à relaxer le corps et l’esprit tout en donnant le temps aux muscles de récupérer.

Button

Et vous ? Un avis ?

Contribuez à l’avancée de cette page et donnez votre avis sur l’efficacité de ces thérapies grâce à votre propre expérience !

Button

Témoignages

Bouton
Réagissez


Il n'y a aucun témoignage pour l'instant